lundi 23 avril 2018

Récupérer la structure des murs d'un fichier lié grâce aux éléments.

Dans Revit, les éléments ne sont pas très utilisés. j'ai même parfois l’impression qu'ils jouissent d'une mauvaise réputation.
Et pourtant...

Je ne sais pas si vous avez déjà tenté une récupération de murs à partir d'un fichier de l'architecte en utilisant les fonctions de copie/contrôle.
(Plutôt Rock'n Roll non ?)
Passons sur l'affectation des types de murs et leur justification : on peut s'en sortir...
Mais pour les ouvertures. Là, çà craint : Les portes et les fenêtres sont remplacées par des ouvertures. Pas facile de modifier des types après cela. Et en plus, pas question de récupérer une forme autre qu'un simple parallélépipède (adieu feuillures et autres biais) et en plus les dimensions de cette ouverture sont, comment dire... :  Spéciales.
Si vous avez personnalisé un tant soit peu votre fenêtre pour gérer son placement dans un isolant par exemple (comme c'est le cas de celle fournies dans le gabarit architectural standard de Revit), l'ouverture aura les dimensions les plus larges possibles de la fenêtre. Soyez certains que les menuiseries seront alors assez difficiles à monter.

Avez-vous remarqué que si vous tabulez sur un mur inclus dans un fichier lié, vous pouvez le sélectionner ?
Avez-vous remarqué que lorsque ce mur est sélectionné, la fonction Créer des éléments est active ?

Cela vous ouvrira quelques possibilités.

Imaginons un fichier archi (là je le fais assez simple)
Je le lie dans mon fichier de travail en structure
Vous avez vu les onglets sur le haut du cadre de la vue ?
C'est une nouveauté de la version 2019?  Un détail ; mais dès qu'on y goute, on ne peut plus s'en passer !

Pour différencier facilement le lien et les objets de mon propre projet, je passe le fichier lié en fond de plan dans mes différents gabarits de vue.

Je crée aussi un filtre pour pouvoir isoler les éléments qui ne font pas partie de la couche principale des murs dont ils sont extraits. Et je l'applique à mes gabarits de vue pour désactiver les éléments qui ne sont pas Noyau (On frise la poésie)



Bien sûr je mets en place une coordination de mes niveaux
Cela me donne quelque chose dans ce genre :

Et donc, un savant jonglage entre TAB et CTRL me permet de sélectionner les murs dans le fichier lié.
Vous voyez que, dans le ruban Modifier, l'outil Créer des éléments n'est pas grisé ? Cela signifie que je peux l'utiliser. Ce que je fais aussitôt.
Et là, Revit crée des éléments. (Grâce à mon filtre, je ne vois que la couche principale.)
Mais il les crée dans MON fichier, pas dans le lien (logique, il ne peut pas le modifier)

Du coup, je peux jouer avec.
Par exemple, je peux créer des plans de référence nommés contraints par des cotes verrouillées

Pour faire des découpages dans les éléments
en me basant sur des références :
Les niveaux et les plans de références par exemple (c'est pour cela que j'ai pris la précaution de les nommer)
Je valide tout ça
Ah oui au fait, je n'ai peut-être pas préciser que l'architecte a créé des murs multicouches et multi-niveaux (Ah le bougre! Il sait que l'on aime pas ça, mais c'est tellement pratique pour lui)
Et pourtant,  je vois que les éléments sont découpés en panneaux.
Je peux aussi activer les poignées de ces éléments


Vous savez certainement que les retournements de couches sur les ouvertures que l'on voit en plan ne sont qu'un artifice graphique.
D'ailleurs regardez les éléments créés n'en tiennent pas compte

 Certes, mais regardez : la largeur de l'ouverture est bien sur celle qui est définie dans la fenêtre. (Et non pas une ouverture créée sur la base de celle définie dans la fenêtre dans la couche d'isolant pour placer la menuiserie)
Et puis je peux aligner et verrouiller la position de cette ouverture sur le dessin de la fenêtre.

Et  en coupe ?

Parce que là, je vous rappelle que le retournement n'y est même pas dessiné.
Je peux aussi positionner l'ouverture à ma guise.
Je suis sûr que vous avez remarqué que le biais défini dans la famille pour la pose de l’appui  est respecté (En fait toutes les formes de l'ouverture créée dans la fenêtre sont récupérées)
Si besoin, je peux fusionner les éléments
Et en cas de modification ?
je peux modifier dans mon projet :
Si je déplace un des plans de référence, les éléments sont corrigés
L'architecte peut modifier dans son projet : Il déplace le mur et la fenêtre
C'est un fichier lié, je peux le recharger (Ben oui c'est l'idée avec les fichiers liés)
Les modifications sont apportées à mes éléments.
Il ne me reste qu'à replacer ma coupe
Allez, je vous laisse jouer avec tout ça !

vendredi 29 septembre 2017

(Poste pourvu) Je suis à la recherche d'un formateur sur Revit

(Poste pourvu) Je suis à la recherche d'un formateur sur Revit.

Vous devrez assurer les formations d'utilisateurs débutants puis avertis sur Revit.
Vous animerez des sessions de 1 à 6 personnes dans notre centre agréé ATC (Bourgogne Franche-Comté) et sur site.
Le poste est à Besançon mais des déplacements fréquents sont à prévoir sur l'agence de Dijon ou chez les clients dans la région principalement.
Vous participerez à la rédaction et la mise à jour des supports de cours.
Vous assurerez l'avant vente pour la mise en place du BIM chez nos clients.
Vous participerez au support des clients sous contrat.

Faite moi parvenir votre candidature par mail
gravelin(at)imaginez.fr
ou par courrier
Imaginez
22bis rue du rond buisson
25220 THISE

mercredi 2 août 2017

Création d’une famille de prise Revit MEP avec un symbole interactif



Un autre problème récurrent dans la collaboration, particulièrement sur les projets électriques, c’est le placement des appareillages (les prises, interrupteurs etc.).

La collaboration s’effectue le plus souvent sur la base de projets liés et par conséquence, on ne dispose pas réellement de murs, sols ou plafonds. 
C’est la raison pour laquelle les composants MEP sont très souvent hébergés sur des faces : toutes les faces du modèle lié sont utilisables et en cas de modification (ce qui n’arrive jamais, bien entendu…) les composants « suivent » les faces sans qu’il soit besoin de faire appel au contrôle de coordination.

Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Oui mais…

En électricité, les composants sont symbolisés sur les plans et le BIM nous impose un placement réel des composants. (Rappelons que les composants modèles et les détails sont dessinés à l’échelle de la vue tandis que les symboles le sont à l’échelle 1:1.) Alors, on fait comment quand une prise et un interrupteur sont placés l’un au-dessus de l’autre ?

Il suffit de faire une famille dans laquelle on puisse déplacer le symbole en cas de besoin. Facile à dire mais quelques « problèmes » se poseront à nous.

Ce didacticiel nous aidera à les surmonter, grâce aux familles imbriquées.

Créer une famille en commençant avec le gabarit de famille : modèle générique par face.
La famille est créée sur une face de conception et la vue Plan d’étage : Niveau de réf. de la famille correspond à sa « vue de dessus ». Mais une fois placée sur un mur, l’orientation de la face de référence change : La face horizontale de conception est « plaquée » sur la face de placement verticale du mur. 
Et c’est là que les ennuis commencent : La vue de plan d’étage dans la famille devient une élévation (ou une coupe) dans le projet et la vue de plan d’étage du projet correspond à la vue  Elévation : arrière de la famille.
 
Un petit croquis vaut mieux qu’un long discours :

Il faudrait donc placer le symbole dans la vue Arrière de la famille. Or les annotations ne sont autorisées que dans les vues en plan.
C’est pourquoi après avoir choisi la catégorie Installation électrique, il faut cocher la case Conserver l’orientation du symbole dans Catégorie et paramètres de famille.


En cochant cette option, Revit se chargera de « pivoter » la famille imbriquée du symbole pour qu’il reste visible dans les vues en plan des projets.
Seule contrainte : La rotation s’effectue autour de l’origine de la famille. Pour éviter des déplacements indésirables, il convient de placer l’origine du symbole imbriqué à l’origine de la famille car l’utilisation directe de plans ou de lignes de référence dans la famille ne sont pas possible à cause du changement d’orientation de la face de référence.

Il en va de même pour le contrôle d’inversion : mis en place dans le plan de la famille il ne sera plus visible dans celui du projet.
Le décalage et l’inversion seront donc intégrés au symbole.
Le paramétrage de base de la famille est des plus traditionnels. 


Seule particularité utilisée ici, si l’on veut récupérer l’altitude de placement de l’appareil dans une étiquette ou une nomenclature, le paramètre système Elévation par défaut de la famille n’est pas récupérable, son verrouillage (en imposant la valeur 0 mm dans la formule) et l’usage d’un paramètre d’occurrence partagé (Altitude prise) s’imposent.

La création du symbole est la partie la plus simple :  Créer un nouveau symbole à partir du gabarit Annotation générique métrique et le dessiner à la taille souhaitée sur l’intersection des deux plans de construction qui définissent l’origine. Lui donner une taille de 5 x 5 mm.

Le paramétrage du décalage du symbole directement dans cette famille serait assez lourd à gérer. Il est beaucoup plus efficace de l’intégrer comme une famille imbriquée dans un autre symbole qui gère ce décalage.
Créer un nouveau symbole. Pour gérer l’inversion, la ligne qui contrôlera la position du symbole devra passer d’un coté à l’autre de l’origine. Comme il n’est pas possible de donner une valeur négative à une cote, utiliser la technique de la double cote.

Dessiner une ligne de référence de chaque côté de l’origine. Coter celle de gauche par rapport à l’origine (Decalage) et celle de droite par rapport à celle de gauche (Cote inverse).
La cote Decalage correspond à la valeur de décalage souhaitée, la cote Cote inverse au décalage réellement imposé. Elle sera égale soit à 0 soit au double de la cote Decalage selon que l’on souhaite inverser ou non la position du symbole.
Un paramètre de type oui/non (Inversion) et une formule conditionnelle if(Inversion, 0 mm, (Decalage * 2)) feront l’affaire.

Dessiner une ligne de référence pour gérer le décalage par rapport au mur. Puis placer et verrouiller le symbole précédent à l’intersection de la ligne horizontale et de celle de droite.

Créer autant de symboles que nécessaire sur le même principe.
Insérer ce symbole dans la famille installation électrique et la verrouiller sur les plans d’origine.

Créer les paramètres qui permettrons de modifier la famille dans le projet.
Sélectionner le symbole et lier ses paramètres à ceux de la famille.

Pour choisir la famille de symbole imbriquée, charger les familles de symboles créées sur le même modèle à l’aide de la fonction Insérer/Charger depuis la bibliothèque/Charger la famille, sans les placer dans la vue

Elles apparaîtront dans l’arborescence du projet.

Sélectionner le symbole placé dans la famille puis dans la barre d’option (celle qu’il faut toujours regarder ! ) ajouter un paramètre.

Créer le paramètre Choix du symbole. Le type de paramètre type de famille est automatiquement associé à la catégorie des annotations génériques parce que le symbole est actuellement sélectionné. Cela facilite la tâche.

Dans les types de famille, le paramètre Choix du symbole propose la liste des annotations génériques chargées.

Charger la famille dans un projet.
Les propriétés d’occurrence de l’objet sont disponibles pour positionner le symbole.

Et le choix du symbole se fait en modifiant le type.

Il ne reste plus qu’à définir les caractéristiques électriques du composant. Dans la famille, placer un connecteur électrique sur la face du boitier.

Sélectionner le connecteur.
Très important : Choisir la classification du système électrique.

Puis associer les paramètres électriques à contrôler à des paramètres de la famille.

Rappel : La création des paramètres depuis la boîte de propriété du connecteur facilite la sélection du type de paramètre correct.
Bien entendu, tous les paramètres créés à récupérer dans une étiquette ou une nomenclature doivent être des paramètres partagés.

Et voilà, yapluka !

Un nouveau rédacteur pour Revitez !

Depuis peu, Raphaël m'a rejoint chez Imaginez pour faire face à la demande croissante de prestations BIM.
Il est doté d'une solide expérience pratique sur Revit.
C'est donc tout naturellement qu'il trouve sa place comme rédacteur sur Revitez!
En cadeau de bienvenue, nous vous avons concocté un petit didacticiel ...

jeudi 1 décembre 2016

Collaboration dans Revit : Coordonner les réservations entre un fichier MEP et un fichier Structure

La définition des demandes de réservations et leurs mises en place est un des problèmes récurrents dans le cas d'une collaboration basée sur des fichiers liés entre les BE structure et les BE fluides .
Dans ce cas de figure, chaque BE travaille sur son propre fichier en utilisant le fichier de l'autre en fichier lié. 
Cela permet à chacun de tenir compte du travail de l'autre en disposant de la visualisation et de la détection d'interférences entre les deux modèles. 

Mais, de fait, cela interdit de travailler sur le fichier de l'autre.

Pourtant c'est habituellement le BE Fluide qui demande les réservations qui seront faites par la structure et il lui est impossible de pratiquer les ouvertures dans les murs du fichier structure lié au sien.

Ce didacticiel propose une façon de procéder basée sur les fonctions de coordination de REvit.
Commençons par un fichier Structure


Ce fichier, simple mais suffisant pour cet exercice, est enregistré Stru.rvt et envoyé au BE fluide.
Il démarre son projet avec son gabarit habituel et y insère le lien vers le fichier Structure.

La coordination est mise en place en plaçant sous contrôle les niveaux respectifs. 
Cette étape est essentielle : 
  • d'une part, pour que les composants puissent se placer, il faut très souvent un niveau de référence qui existe dans les deux fichiers 
  • et d'autre part il faut qu'ils soient associés par leurs identifications, leurs caractéristiques et leurs positions.
 Le travail de modélisation des gaines peut commencer.


La fonction de vérification des interférences permet de localiser les endroits où une réservation est nécessaire.

L'astuce dans ce procédé est d'utiliser une famille de réservation un peu "spéciale" : Je l'ai créée sur la base d'un gabarit modèle générique métrique (face) auquel j'ai attribué la catégorie équipement de génie climatique en prenant soin de valider la propriété "Couper avec des vides une fois chargée".
Elle ne contient qu'un vide et un détail.
Les paramètres utilisés sont des paramètres partagés : pour pouvoir les utiliser dans une étiquette.

La famille chargée est mise en place avec son étiquette qui affiche les cotes de la réservation, sur les faces des murs du fichier de structure lié en utilisant le placement sur la face verticale et à la même altitude que la gaine.


Les axes sont alignés
 Puis verrouillés
L'étiquette permet de modifier la taille de la réservation
ATTENTION : Il faudra créer autant de types que de tailles en dupliquant les propriétés

Les réservations étant mises en place, le fichier est enregistré et transmis au BE structure.

Le fichier mep.rvt reçu est lié au fichier structure. (Attention à respecter le placement aux origines)
La coordination et le contrôle sont mis en place.
Cette étape est très importante. 
Les niveaux doivent être coordonnés (comme tout à l'heure mais dans l'autre sens cette fois).
Mais la coordination ne s’arrête pas là. Il faut maintenant copier et contrôler les réservations.
La famille est dans la catégorie équipement de génie climatique (toute autre catégorie MEP ferait l'affaire.)
Dans les paramètres de coordination pour le fichier mep.rvt, nous choisissons pour la catégorie équipement de génie climatique, le comportement de copie  Autoriser la copie en différé. (il est possible d'ignorer la copie pour les autres catégories)
Quand cela est fait, on peut démarrer la copie.
La mise en place de la coordination est terminée
Les réservations sont prêtes à couper les murs.



 Le fichier contenant les réservation est envoyé au BE fluide qui recharge le lien.

 Une nouvelle vérification des interférences confirme que le BE structure à bien placé les ouvertures sur les réservations.


 Il est alors possible de continuer à travailler en déplaçant une gaine et en en créant une nouvelle à laquelle on associera une réservation.

Cette nouvelle version peut être envoyée au BE structure qui recharge son lien.

 Le contrôle de coordination signale la nécessité d'une révision de la coordination pour les réservations existantes et la présence de nouvelles réservations. il suffit de les copier.
 La nouvelle réservation est mise en place.
 L'affichage du lien mep.rvt permet de visualiser le déplacement.
 En sélectionnant le lien, la révision de coordination propose les solutions à apporter aux différences constatée.Dans un fichier complexe l'utilisation du bouton affichage permettrait de les localiser.
 Il suffit de demander le déplacement pour que la correction soit apportée.
Et ainsi de suite.
 

 
Le bémol c'est qu'il faudra toujours que le deux BE se mettent d'accord...